Le coût du KYC en constante croissance

Le coût du KYC en constante croissance

Le coût du KYC en constante croissance

La charte du KYC(Know Your Client) est renforcée par de nouvelles règlementations européennes sur l’AML ou Anti Money Laundering. Visant surtout à conforter la transparence fiscale, les obligations engagées par l’application du KYC se posent comme des contraintes assez lourdes pour les institutions financières. Le dispositif KYC impose les banques à avoir une fréquence assez prompte dans l’analyse et la vérification des comptes clients. Cette procédure de vérification n’est plus une procédure de routine, mais elle suit des exigences contraignantes. De ce fait, l’application des règlementations KYC peuvent engendrer des coûts conséquents dans le fonctionnement des banques. 

Pourquoi le coût du KYC est-il si élevé ?

cout-du-kyc.jpg

Après la crise financière de 2008 et face à l’augmentation du blanchiment d’argent, ainsi que de l’évasion fiscale, la commission européenne AMLa raffermi les mesures concernant l’identification des clients dans tous les établissements financiers. La procédure KYC est assez coûteuse pour les banques d’autant plus que l’on connaît que le blanchiment d’argent affecte toutes les filières économiques à travers le monde entier.L’application de cette procédure cause ainsi une baisse significative du portefeuille client et par conséquent, le dispositif KYC pourrait entraîner une baisse relative du chiffre d’affaires. De plus, les banques en ligne affiliés à des banques physiques peuvent également en payer le prix. Mais le rôle du dispositif KYC est justement d’assainir le secteur financier à l’échelle planétaire. 

Comment les banques s’en servent-elles ?

les-banques.jpg

Avec cette procédure de vérification rigoureuse, le KYC impose des mesures administratives ralentissant également le fonctionnement interne des banques. C’est pourquoi ces institutions financières ont mis en place un dispositif utilitaire ou utility système qui permet de partager des documentsnécessaires à la vérification KYC afin d’éviter les opérations de contrôle très redondantes. Cette option permet aux pratiquants de voir une réduction significative des coûts du KYC.